| m u s h i n |mu-shin.ca

 
January 6, 2011

Japanese persona X

Category: General — Marc Trudel-Bélisle @ 9:00 AM

Question large de la part de mon ami Vincent:

Les quatre points que tu as mentionnés m’apparaissent comme étant des sujets intéressants. Pour moi, ce serait surtout ce qui permet de mieux comprendre la culture japonaise qui m’attire. De façon large : au travail, au dojo, mais aussi entre amis, en famille, en couple, par rapport aux religions (bouddhisme, shintoïsme et religions étrangères). Les Japonais sont-ils innovateurs, drôles, aiment-ils la solitude ou le groupe, sont-ils globalement différents des Nord-Américains ?

Je vais donc essayer de couvrir certains aspect de cette question au courant des deux prochains articles. Cette fois-ci, parlons vie au quotidien.

Le travail

Lorsque je suis arrivé, on me disais souvent “Si tu travaille moins de 12 heures par jours, eh bien pas la peine de mentionner!”. Malgré un certain assouplissement, le japonais moyen s’investit énormément dans ce qu’il fait, et cela inclus le travail. Je dis assouplissement, mais je devrais plutôt dire changement de la répartition des priorités; le temps qui étais autrefois passé au travail est souvent maintenant passé sur d’autres activités.

Le travail est avant tout un environnement social; les gens travaillent ensemble, nettoient le bureau ensemble, et vont boire un coup après le boulot ensemble. Bien que la plupart travaillent toujours de longues heures, il faut relativiser la charge de travail: plutôt que d’être constamment sous pressions au travail, la charge est plutôt étalé afin de rendre la chose plus supportable, et – j’oserai dire, dans certains cas – plus efficace.

Les relations sont, bien entendue, très hiérarchisés; de plus amples commentaires sur le sujet un peu plus tards.

Finalement, si une chose m’a personnellement frappé, ce sont les réunions d’affaires: échanges de 名刺 (meishi, ou carte de contact) avec toute nouvelle personne (en un an j’ai cumulé une bonne centaine de carte, et je ne vais qu’occasionnellement en réunion), service de café et/ou autre boisson, etc.

La famille et le couple

Je ne peux parler de ce point que d’une façon relativement large, considérant le peu d’expérience que j’ai sur ces points, mais la famille est une chose très importante pour la plupart. Comme tout le reste, la hiérarchie s’impose: le chef de famille (le père, ou le fils ainé) est imparti de la responsabilité de la famille, et les ainés ont toujours la responsabilité de supporter les plus jeunes; il s’agit d’une responsabilité dont la plupart s’occupe avec le plus grand des plaisirs, sachant très bien que ceux qu’ils aident aiderons à leur tour. Ce trait est aussi présent, à une moindre importance, dans le domaine des affaires. De plus, la plupart des jeunes attendent de finir l’université et de se marier avant de déménager en appartement.

Le couple reste un défi ici pour la plupart, et peut être question de pressions familiales dans une certaine mesure. Par exemple, il y a une expression en japonais – traduite par “restants de Noël” – que l’on accole aux femmes non-mariés de plus de 26 ans. Cependant, plusieurs femmes semblent mettre leur avenir professionnel à l’avant-plan, et finissent par entrer dans cette catégorie…

Les amis et l’environnement social

Toutes les excuses sont bonne pour se réunir, et le calendrier japonais en est la preuve! Hanami, hanabi, matsuri (et omikoshi!), mochitsuki, kagamibiraki, toutes ces occasions sont à ne pas manquer! Plusieurs de ces gathering d’origine plus traditionnel ont la particularité d’impliquer un certain effort physique; par exemple, les matsuri ayant lieu à différent temps de l’année à travers le Japon impliquent de porter un omikoshi (un sanctuaire portable) au travers des rues du district, d’environs 8 heures le matin à 3-4 heures en soirée. Enfin, portable est un mot un peu fort: même à une vingtaine de personne, ça reste plutôt lourd… je me rappelle d’avoir eu un mal d’épaule d’une semaine suivant un omikoshi; étant d’un jeune âge, les plus ainés ne me laissais pas la chance de me reposer…

Les gens aiment bien leur vie privée, mais adorent être en groupes. À chaque semaine, après l’entraînement, il est coutume d’aller boire un coup et dîner en groupe, et d’attraper le dernier train pour retourner à la maison. Il en va de même au travail: après le boulot, happy hour.

Différences culuturelles

Le Japon reste à mes yeux un miracle des sociétés modernes internationales, particulièrement au niveau de l’évolution culturelle du pays; alors que la plupart des pays occidentalisés on subit une fracture les détachants de leurs traditions ancestrales respectives, le Japon semble avoir gardé un souci d’évolution continue. On ne change pas du jour au lendemain, et ici, la culture évolue suivant cet axiome; on adapte au fil du temps, on assure une stabilité.

Je trouve par contre difficile de décrire plus en détail cet aspect par contre. Si j’avais une dernière note à ajouter, cependant, je dirais que mon impression générale est que le Japon a d’une part une plus grande conscience sociale (i.e. par rapport à l’interactivité sociétaire) et une plus grand respect des évidences (dans un cadre culturel, il va de soi).

Je continue à réfléchir sur le sujet et vous reviens avec plus de détails… seconde partie demain – religions et dojos!

1 Comment »

  1. Salut Marc !

    Évidemment, ce message me plaît beaucoup. Je sais que tu termines en annonçant que tu parleras de religion sous peu ; quand même : combien de confucianisme réside en la structure familiale et est-ce conscient ? Les Japonais sont-ils conscients de leurs particularités culturelles et sociales, ou les vivent-ils sans trop s’en rendre compte ? À quel point est-ce qu’ils en sont critiques ?

    Très intéressant, tes messages ; j’apprécie particulièrement les réflexions et l’attention aux détails dont on n’entend que peu, ou pas, parler ici (comme les longues heures de travail, qui sont en réalité du travail allégé, si j’ai bien compris).

    Et toi, ô gaijin, à quel point dirais-tu que tu vis la culture japonaise ? ; à quel degré est-ce qu’elle t’influence, voire t’assimile ?

    Comment by Vincent Lacroix-Cuerrier — January 8, 2011 @ 12:33 AM

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Leave your comment

Powered by WordPress